mercredi 22 juin 2016

La réponse au service juridique du Ouest-FrancE... si c'est vraiment bien lui qui nous a écrit car on en doute encore.


"Attendez mais vous n'avez pas le copyright de cette image?"
Le logo n’est pas utilisé dans la page. C’est un rond rouge avec deux T et un point au milieu qui est placé. Peu probable que la lettre « T » utilisée avec le logiciel Paint soit une marque déposée par Le Ouest-FrancE... Par ailleurs, il est peu probable également que le Rond Rouge utilisé par avec ce même logiciel ait été déposé par le groupe SIPA, propriétaire du quotidien. En effet cela serait juridiquement gênant pour de nombreux d’intermittents du spectacle spécialisé dans les clowneries  qui portent souvent un nez rouge. Clowns dont vous semblez friands au vu de votre message. Quant à notre typographie, selon les termes de l'article 335-2 du Code de la Propriété Intellectuelle il serait difficile d’évaluer si celle-ci vous appartient réellement ou si, comme nous le pensons, elle correspond à celle de la police Europa Grotesk Nr 2 SB Med (utlisable pour votre prochain message) ou Helvetica Neue LT Std 65 Medium ou Helvetica Neue 65 Medium, Helvetica Neue Paneuropean W1G 65 Medium ou Neue Helvetica Pro Cyrillic 65 Medium (voir image ci-contre). L'emploi du rouge dans notre logo est peut-être dû à des origines suisses (helvitica). La confusion est donc possible uniquement pour ceux qui ne lisent pas jusqu'au bout ou qui ne font pas preuve de bon sens. Nous espérons pour vous que vous n'aurez pas la maladresse de mettre vos lecteurs dans l'une ou l'autre de ces catégories.


A vous tout ça?
L’absence du E dans le mot France renvoie davantage au mot « Franchise » et évite toute confusion auprès des lecteurs, s'ils prennent le temps de lire jusqu’au bout. Néanmoins merci de votre remarque, il est possible que vos abonnés croient également que le Ouest-Franc fait référence au peuple de Clovis. N’ayant pas déposé la marque du Vase de Soissons, on voudrait éviter une attaque juridique de toutes les familles qui portent le nom de « Franc ». Ce qui ne serait pas totalement absurde puisque votre rédacteur en chef est François-Xavier…Lefranc. Assez ironique, avouez le!

Le fait que les parodies nuisent de manière probante au sérieux de votre journal, ridiculise le travail et la crédibilité de vos journalistes et peuvent également porter atteinte aux personnes citées dans le journal n’est pas notre problème et croyez-nous on ne se gênera pas à chaque fois qu'on le voudra. Cela fait parti de la liberté d’expression face à vos publications. Il n'y a eu aucune insulte, propos vulgaires ou discriminatoires à votre encontre. Nous vous renvoyons donc à votre devise : "Justice et Liberté". Il est vrai qu’un service juridique évoque plus souvent la notion de Justice, au sens institutionnelle du terme, que celui de Liberté. Ceci étant le Ouest-Franc n'a pas pour objectif initial de taper sur le Ouest-France mais de toucher avec satire "là où ça fait mal". Votre message (si il émane bien du Ouest-FrancE, aucune garantie à ce jour) prouve que nous avons misé juste en critiquant la logique éditoriale de l'édition mayennaise. Nous ne cherchons pas tous les matins à vous décrédibiliser en scrutant vos parutions. Celle-ci a été lue lundi soir devant un café, (nous en profitons pour remercier le gérant qui a accepté que nous partions avec son journal). En bref, ce n'était pas une attaque gratuite, mais celle d'un lecteur comme un autre qui est tombé sur votre Une et qui n'a pu s'empêcher de rire face à celle-ci. Manque de chance pour vous, ce lecteur fait parti du Ouest-Franc!
Il est vrai aussi que le prénom de la journaliste qui a publié l’article en question est cité, mais pas son nom de famille. Votre message nous oblige à le citer ici et vous devrez en assumer les conséquences. Ce qui est dommage car elle n'était pas spécifiquement visée en voulant défendre son honneur, vous allez mettre de l'huile sur le feu.

Nous nous moquions que de la Une un peu légère pour l'édition mayennaise, cela s'arrête là, l'article n'est pas en soit visé, ni son sujet, ni l'entreprise dont il traite. (http://bit.ly/28LNRbN) Il est par ailleurs curieux que vous réagissiez à cette mise en scène parodique d’une réunion de rédaction aujourd’hui. Le Ouest-FrancE a été raillé plusieurs fois sur notre blog sans que nous aillions jamais reçu de message de votre part et ce après quelques années d'existence. M.François-Régis Hutin a peut-être été davantage agacé cette fois-ci puisque la journaliste en question porte le même nom de famille que lui. Cela n’est peut-être qu’un pur hasard mais d'après tout le monde le lien de famille est réel. D'où cette question, défendez-vous tous vos journalistes de la même manière ou seulement quand la fille du patron semble directement visée? On vous laisse avec cette réflexion.

(Mise à jour le 22/06/2016 à 17h30 : M.Alan Le Bloa, Le directeur départemental Ouest-France de la Mayenne, affirme qu'il n'y a aucun lien de parenté entre M.François-Régis Hutin et Mme Jeanne Hutin. Il s'agirait d'un cas homonymie puisque la fille de M.François-Régis Hutin se nomme Jeanne-Emmanuelle Hutin, raccourcit parfois en Jeanne Hutin. Si c'est le cas, toutes nos excuses à la journaliste en question sur ce point).

En outre, si vous estimez vraiment que votre travail de journaliste est fait avec professionnalisme, votre message n'est pas utile. Si vous croyez tant que ça en votre logique éditoriale, elle ne devrait nécessiter aucune défense ni message de la sorte, surtout de la part du Ouest-France. Le quotidien qui a le plus grand tirage en France ( Plus de 730 000 exemplaires diffusés chaque jour) doit-il se s’inquiéter d’un post sur Facebook qui n’a obtenu qu’une trentaine de « likes » à ce jour ? (oui parce que demain avec votre message ça risque d’être plus). Quant à votre crédibilité, vous venez de la perdre en envoyant votre message, elle devrait néanmoins s’en remettre vite.

Enfin, vous évoquez le goût douteux de notre parodie. Pourtant quelques journalistes de votre quotidien ont parfois liké et partagé plusieurs de nos publications même s'ils le disent tous si bien depuis peu, cela n’engage qu’eux. Merci néanmoins de votre avis négatif, il est toujours bon à prendre et nous le respectons. Mais sachez que nous n’essayons pas tant de plaire au service juridique du Ouest-France, ni à aucun journaliste d'ailleurs. Mais nous vous félicitons, il est bien rare qu’un service juridique soit composé uniquement d’humoristes et d’artistes. Nous espérons d'ailleurs vous retrouvez rapidement et avec plaisir dans les jurys des Embuscades de Cossé-le-Vivien ou voire du festival Juste pour rire de Montréal au Québec. Dernier point, nous espérons que vous êtes bel et bien le compte officiel Facebook du quotidien car nous n'avons à ce jour reçu aucune confirmation du Ouest-FrancE. Si vous ne l'êtes pas merci de nous avoir lu jusqu'au bout. Attention néanmoins aux usurpations, il est possible que le Ouest-France n’apprécie par celle-ci, ils semblent assez susceptibles sur ce point.

La réponse est un peu longue, mais votre message burlesque nous a tellement inspiré, encore merci.

Veuillez agréer, nos salutations distinguées.

La Franche Occidentale

N.B Le hasard fait bien les choses, car indépendamment de votre message, nous envisagions depuis quelques semaines de changer de logo en lien avec le passage sur un nouveau site internet. On trouve que le logo manque un peu de relief et mérite un coup de neuf. Lorsqu'il sera changé, merci de ne pas le reproduire (c'est pas bien). Nous devrions néanmoins garder l'actuel encore quelques temps... rien que pour vous embêter. Cela laissera plus de temps à notre sympathique graphiste qui vous remercie par avance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.